Avengers : Infinity War. Entre tensions, vengeances et pop culture.

avengers infinity war poster

Sorti le 25 avril 2018, le dix-neuvième film de la franchise MARVEL, Avengers : Infinity War fait carton plein dans le monde. /!\ SPOILER en fin d’article !

Meilleur démarrage pour une sortie mondiale, Avengers : Infinity War n’aura pas mis longtemps à dépasser Black Panther. Dominant le box office mondial depuis sa sortie le 25 avril 2018, le petit dernier de la franchise MARVEL livre une histoire entre tensions et vengeances.

avengers : infinity war logo

Un « crossover » inédit dans l’histoire du cinéma

Pour la première fois en dix ans, les Studios MARVEL ont réussi le pari fou de réunir 22 super-héros. Ce « crossover » inédit dans l’histoire du cinéma intègre les Avengers originaux, les Gardiens de la Galaxie, Docteur Strange, et Black Panther. Sont aussi présents les petits nouveaux arrivés lors des différents films : Vision, Scarlett Witch, Falcon, Spider-Man, War Machine ainsi que le Soldat de l’Hiver.

Bien que Ant-Man (Paul Rudd) et Hawkeye (Jeremy Renner) soient physiquement absents, tous deux ne sont pas tombés dans l’oubli. Vous saurez donc où ils se trouvent et pourquoi ils n’interviennent pas dans Infinity WarPoint positif, le film ne s’attarde pas seulement sur les héros. On aurait même pu dédier ce film à Thanos (Josh Brolin), leur nouvel opposant tant l’obtention des pierres d’infinité est importante.

Bien qu’un long-métrage d’une telle envergure puisse s’avérer problématique, Avengers : Infinity War passe le test haut la main en mettant chacun en avant d’une manière ou d’une autre. Certes, parfois il ne s’agit que de quelques secondes, mais on s’en contente très bien.

avengers : infinity war bataille wakanda

MARVEL poursuit sa mise en valeur des Femmes

Si Black Panther mettait largement les Femmes en avant, Infinity War poursuit sur cette voie. Certes, elles sont moins souvent à l’écran que leurs partenaires masculins mais leur peu de présence est parfois remarquable. De Black Widow à Scarlett Witch, en passant par Okoye, Mantis ou Gamora, toutes sont prêtes à en découdre avec Thanos et son Ordre Noir. Ordre Noir comptant dans ses rangs la guerrière extraterrestre Proxima Midnight (Carrie Coon).

Seule Shuri (Letitia Wright) se fait plus discrète que ses comparses. Malgré sa très courte apparition, ce personnage qui avait fait forte impression dès sa première apparition dans Black Panther continue de briller par son intelligence. Et même si l’échange tant espéré entre elle et Tony Stark (Robert Downey Jr.) n’a finalement pas lieu, on se satisfait parfaitement de celui avec le Docteur Banner. On aspire désormais à la voir davantage dans le prochain volume.

On dénote tout de même une grande absente : la Valkyrie (Tessa Thompson). Apparue dans Thor : Ragnarok on s’attendait à la voir apparaître aux côtés de Thor, Loki et Hulk. Il n’en est rien. Puisque les frères Russo ont déclaré qu’elle serait toujours en vie, on espère la retrouver à l’écran dans la suite des aventures.

Avec l’apparition au cinéma dans les mois à venir de la Guêpe (Evangeline Lilly) et de Captain Marvel (Brie Larson), les deux héroïnes pourraient également rejoindre le casting. Attendez bien la scène post-générique et pour avoir un petit indice (mais on ne vous a rien dit) !

avengers : infinity war - scarlett witch / wanda (Elisabeth Olsen)

Gamora et Wanda au centre de l’intrigue

Si les figures masculines sont au centre de l’intrigue, Thanos en première ligne, on ne peut pas reprocher aux frères Russo de ne pas avoir essayé de donner plus de temps aux personnages féminins. Car oui, Avengers : Infinity War met deux femmes au centre de l’intrigue : Wanda et Gamora.

La première, incarnée par Elisabeth Olsen crève l’écran à chacune de ses apparitions. Elle, dont nous avions fait la connaissance dans l’Ère d’Ultron se montre un véritable atout pour les Avengers.  Plus puissante et survoltée que jamais, elle est prête à tout pour protéger Vision (Paul Bethany), dont la gemme de l’Esprit orne le front et avec qui elle entretient une relation. Mention spéciale à Okoye (Danai Gurira) qui soulignera même ses capacités en demandant pourquoi elle n’avait pas pris part à la bataille depuis le début.

La seconde, permet d’explorer le passé qu’elle a en commun avec Thanos, son père adoptif. Membre à part entière des Gardiens de la Galaxie, Gamora (Zoe Saldana) révèle une facette de sa personnalité qui n’a plus rien à voir avec la femme antipathique des débuts. Vulnérable, elle s’inquiète pour le secret qu’elle porte sur ses seules épaules et dont Thanos souhaiterait s’emparer. Autant vous dire qu’avec ce personnage intervient un fort sentiment de compassion qui ne nous quittera plus.

avengers : infinity war - mains Thanos / Gamora

Entre tensions et humour

D’entrée de jeu, le spectateur se retrouve propulsé dans un univers à la tension aussi palpable qu’inquiétante. Là où Thor : Ragnarok laissait le Dieu du Tonnerre et ses compères en proie à une menace imminente, Avengers : Infinity War scelle leur destin dès les premières minutes.

Massacrés par l’Ordre Noir accompagnant Thanos, les Asgardiens croulent sur le sol, Thor (Chris Hemsworth) inclus. S’installe dès lors le climat global qui oscillera entre anxiété et instants dé légèreté. L’Ordre Noir aide notamment à ressentir cette sensation de chaos avec ses extraterrestres près à tout pour aider Thanos.

Parce qu’un MARVEL sans humour ne serait plus un MARVEL, parlons d’un sujet plus léger. Bienvenue, il offre au spectateur la possibilité de se remettre de ses émotions. On regrette cependant que la quasi totalité des personnages au potentiel humoristique ait été mis dans le même panier. De ce fait, hormis Bruce Banner dont l’interprétation de Mark Ruffalo nous fait mourir de rire depuis deux films, les scènes sur terre manquent cruellement de cette touche permettant de désamorcer la tension. En parlant de Banner, son alter égo, Hulk, sera autant un apport humoristique qu’une compréhension de la faiblesse du Big Guy.

avengers : infinity war - bruce banner (mark ruffalo) et war machine (don cheadle)

Avengers : Infinity War et la Pop Culture

Omniprésentes, les références à la Pop Culture interviennent aussi bien dans les choix esthétiques faits par les frères Russo que dans les dialogues.

Impossible notamment d’ignorer les clins d’oeil à Harry Potter tant ils sont nombreux. Entre Tony Stark comparant ouvertement Ebony Maw à Voldemort, un échange rappelant curieusement celui entre Dumbledore et Harry dans Les Reliques de la Mort, ou, un personnage – dont nous tairons le nom – ressemblant étrangement à un détraqueur, il était invraisemblable de ne pas mentionner l’univers de J.K Rowling. L’une d’entre nous a même cru percevoir le signe des reliques de la mort dans le décor de Vormir.

Sont également évoqués des films tels que Alien, Footloose et le comic strip américain Flash Gordon. L’échange réunissant ces mentions nous a d’ailleurs autant fait rire que Bruce Banner comparant le split des Avengers dans Civil War à celui des Beatles. La bataille au Wakanda, que l’on aperçoit dans la bande annonce, nous a quant à elle remémoré une scène du même acabit présente dans Star Wars : La Menace Fantôme.

avengers : infinity war - ebony maw (Tom Vaughan-Lawlor)

Un théâtre de sacrifices

Dans sa quête des gemmes d’Infinités, Thanos n’épargnera personne, obligeant nos héros favoris à faire des choix. Choix parfois cruciaux puisque déterminants l’avancée du titan. Et puisqu’il est difficile d’évoquer tout cela sans dévoiler l’histoire, la suite de cet article contient des SPOILERS. Pour ceux qui ne souhaiteraient pas en savoir davantage, on vous donne rendez-vous un peu plus bas !

Pas moins de neuf sacrifices, dont deux intervenant durant les quinze premières minutes. Heimdall, Thor, Groot et même le Docteur Strange y seront confrontés. Thor et Groot, pour la création de la hache du Dieu du Tonnerre. Heimdall, afin d’assurer un retour sur terre à Hulk. Et Strange, à la fois pour sauver la vie de Tony Stark, aka Iron Man et permettre aux Avengers d’entrer dans la « phase finale ».

Parmi les plus émouvants, celui de Loki (Tom Hiddleston). Comme le supposait les bandes annonces, il est bien celui qui offre la gemme de l’Espace (Tesseract) à Thanos. Mais là où nombreux étaient ceux le voyant gonfler les rangs du titan, c’est en échange de la vie de son frère qu’il livre le bien volé avant la destruction d’Asgard. Et Dieu de la Malice, Loki le restera jusqu’à son dernier souffle, sacrifiant sa vie contre une dernière action héroïque.

Avengers : infinity war Loki (tom hiddleston) tesseract

Avengers : Infinity War est aussi un théâtre de sacrifices amoureux, dont le plus beau reste celui de Wanda. Elle qui défend Vision corps et âme, accepte de briser la pierre ornant son front afin que Thanos ne puisse pas s’en emparer. Par ce geste, tout l’amour qu’elle porte à Vision rend la scène d’autant plus forte. De son côté, Gamora fait promettre à Quill (Chris Pratt) de la tuer afin qu’elle ne tombe pas entre les mains de Thanos.

Pour récupérer l’une des pierres, Thanos lui-même devra faire face au sacrifice. Et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de celui de sa pupille. Celui de la fille qu’il aimait sincèrement et reste la seule à lui extirper quelques larmes. Cette scène confère d’ailleurs une part d’humanité au titan dont on le pensait dépourvu jusqu’alors.

Toutes ces choses amèneront Thor, Starlord ou encore Tony Stark à vouloir se venger de Thanos. Bien sûr, si vous avez suivi les deux premiers volumes des Gardiens de la Galaxie, vous savez déjà que Drax et Nebula souhaitaient se venger du titan.

avengers : infinity war - Tony Stark / Iron Man (robert downey jr)

Et vous, qu’avez-vous pensé de Avengers : Infinity War ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.