Nos éclats de miroir : la puissances des mots

nos éclats de miroir un mise en scène | © Les Insouciantes

Le lien entre Anne Frank et Cléo ? Vous le découvrirez entre les pages de Nos Eclats de Miroirs : un roman sous forme de journal intime signé Florence Hinckel. 

Avec Nos éclats de miroirFlorence Hinckel plonge le lecteur dans le journal intime de Cléo, bientôt 15 ans, 1 mois et 20 jours. Pourquoi autant de précision ? L’adolescente est passionnée par Anne Frank et c’est à cet âge que la jeune juive est morte. Mais cela ne fait pas tout. On vous parle de ce beau roman jeunesse édité aux éditions Nathan ce 17 janvier 2019.

Résumé nos éclats de miroir - Florence Hinckel | Visuel by © Les Insouciantes

De Anne Frank à Cléo

Anne Frank est certainement l’une des adolescentes les plus connue de l’Histoire. La sienne, vous la connaissez. Obligée de se cacher des nazis allemands durant la seconde guerre mondiale, la jeune fille juive raconte dans son journal intime – adressée à une certaine Kitty – ce qu’elle vit durant deux ans et un mois à Amsterdam.

Parfois, ce journal est étudié à l’école. D’autres, simplement évoqué pour les lecteurs en herbe. Dans tous les cas, le journal d’Anne Frank fait parti de ces classiques jeunesses lu par des millions de personnes. Et Cléo n’a pas échappé pas à la règle. Dans Nos éclats de miroir, l’adolescente de bientôt 15 ans décide en effet de répondre au journal d’Anne Frank. Pour cela, elle signe même du nom du destinataire de cette dernière : Kitty.

Anne Frank
Photo du passeport d’Anne Frank posé sur des cahiers de son journal qu’elle écrivit dans les combles de la maison d’Amsterdam./ AFP / ANP / DESK

Un livre sur la notion de deuil

Si l’intrigue se déroule dix ans après le décès du père de Cléo, Nos éclats de miroir est emprunt d’un deuil vécu différemment par l’adolescente, sa soeur ainée, Mélodie – 17 ans – et sa mère. Si extérieurement Cléo semble doucement faire face au chagrin, elle ne parvient pas à exprimer ce qu’elle ressent. Mélodie intériorise tout et remplace sa mère lorsqu’elle souffre d’absences.

La figure de la mère, parlons en justement. Le deuil s’avère plus compliqué encore pour elle. Tantôt elle se réfugie dans l’art. Tantôt elle fugue ou fait un séjour en maison de repos. Lorsqu’elle revient, complètement hagarde de ses fuites, Cléo et Mélodie se doivent de la couvrir auprès de son travail afin qu’elle n’ait pas d’ennuis. Heureusement, les choses vont évoluer grâce à Cléo. Un jour, l’adolescente pense trouver l’âme soeur de sa mère. Homme qu’elle commencera à fréquenter et lui rendra le sourire. Pourtant, si cette femme reprend enfin goût à la vie, Mélodie, elle, déchante. La peur s’empare d’elle. Peur que Cléo et sa mère oublient la figure paternelle. Une peur si vive qu’elle lui fera même penser au suicide. Il leur faudra alors force et patience pour s’en sortir.

journal intime

Harcèlement et rapport de domination 

Si plusieurs personnages sont présents dans la vie de Cléo, l’un d’entre eux a particulièrement retenu notre attention : Bérénice. Au fil des confessions de l’adolescente, on découvre que celle qu’elle considère comme sa meilleure amie depuis le CM2 est un vrai poison. Sans cesse, Bérénice se met en avant, la critique ou la rabaisse méchamment. En atteste leur rencontre où l’adolescente crie sur Cléo car « elle se trouve sur son passage ».

Malgré les remarques, Cléo se tait, et pire encore, trouve des excuses à ce comportement inadmissible. Pourtant, l’adolescente est littéralement le faire-valoir de son amie. En effet, il arrive même qu’elle serve de « porte de secours » lorsque Bérénice rencontre ses futurs petits amis. Plus grave encore, sa meilleure amie n’hésite pas à raconter les mésaventures de l’adolescentes afin de l’humilier.

adolescente libreHeureusement, à l’approche de la date fatidique d’arrêt de son journal, la jeune écrivaine va se remettre en question. Cette décision prise, elle devra faire face au harcèlement de Bérénice. Au programme de la reine des abeilles : fausses accusations, insultes,… Vous l’aurez compris, la reine des abeilles et un véritable poison pour Cléo que l’on a envie de protéger dès le début.

Nos éclats de miroir enjoint donc à se rendre compte combien de personnes peuvent être nocives dans nos entourages. Florence Hinckel appuie également sur le fait qu’il est souvent difficile de s’en rendre compte ou s’en détacher lorsque l’on est au collège. Ainsi, on se retrouve seul au milieu d’une foule écoutant la personne la plus populaire.

Nos éclats de miroir est d’une sensibilité attendrissante. On grandit aux côtés de Cléo, vibrant à chacune de ses petites aventures quotidiennes. Ce livre vous intéresse-t-il ? L’avez-vous lu, qu’en avez-vous pensé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.