SHARE ON

Lors de leur passage par Paris, Måneskin a prouvé que le rock était loin d'être mort !

Lundi 13 mars, les italiens Måneskin se sont produits à l’Accor Arena de Paris. Un concert à guichet fermé qu’il ne fallait surtout pas manquer ! Coup de chance, nous étions sur place pour votre plaisir – et aussi beaucoup le notre !

Un public international

Comme c’est souvent le cas lors d’événements internationaux, le concert de Måneskin a rassemblé un public cosmopolite. Parmi les 20 000 chanceux à avoir décroché leur sésame, certains sont venus de plus ou moins loin. En effet, mêlés aux français, nous avons pu croiser des allemands, anglais ou plus surprenant encore, des brésiliens. Bien sûr, bon nombre d’italiens ont également fait le déplacement.

En parlant des fans, nous tenions à féliciter la bonne ambiance qui a régné dans la salleCar contrairement à certains concerts où les plus « hardcore » sont prêts à tout – même à mordre – pour obtenir la meilleure place ou toucher leur idole, ici, rien de tout cela. Au contraire, tout le monde semble s’être rassemblé dans le seul but de passer une bonne soirée. Et c’était franchement appréciable !

Il y a cependant eu une légère ombre au tableau : l’organisation. Alors que certains ont attendus des heures, leur patience n’a pas payé. La raison ? Le changement de salle dû au report de la date prévue en 2022. En effet, si on nous assurait que les places pour le Zénith restaient valides pour l’Accor Arena, ça n’a visiblement pas été le cas pour tous. Dans notre cas, nous avions pensé à re-télécharger nos billets à la bonne date, donc, aucun souci à l’entrée. On ne vous parle même pas des personnes ayant achetées leurs billets en revente et ayant eu de mauvaises surprises. Vraiment, qui achète ses billets sur Vinted?

Måneskin : Rock is not Dead!

Tubes sur tubes

Il est un peu plus de 21 heures lorsque les lumières s’éteignent pour laisser place aux tant attendus Måneskin. Cachés derrière un voile rouge projetant leurs ombres, la musique rugit jusqu’à ce que Damiano David chante les premières paroles de Don’t Wanna Sleep. Pour le coup, nous ne sommes pas véritablement surpris par cette mise en scène puisque Indochine utilisait le même procédé durant son Black City Tour (2013). Cependant, cela fait toujours son petit effet. Surtout lorsque le voile tombe pour laisser les fans exulter leur joie !

Une fois retiré, on ne sait plus où donner de la tête tant le groupe prend possession de la scène sans rien avoir à envier aux plus grands. Taillés pour le live, les titres de Rush! se mêlent dans un ensemble harmonieux à ceux des précédents albums. D’ailleurs, si vous avez trouvé cet opus « trop commercial », on vous assure que le ressenti est bien différent en live.

De Gossip à Zitti e Buoni, en passant par Supermodel, le groupe enchaîne ses standards. Même les titres en italiens sont repris en choeur pour le plus grand plaisir du groupe. À ce sujet, Coraline a été accompagnée d’une marée de flash blancs et bleus en provenance du public donnant l’impression d’un roulement de vagues.

Après cette petite parenthèse, Måneskin redémarre sur les chapeaux de roue avec Baby Said. S’en suivent les excellents Bla Bla Bla et In Nome Del Padre avant que Damiano n’annonce l’un de « leurs morceaux les plus connus » : Beggin. En revanche, la pyrotechnie durant Gasoline nous a laissé sur notre faim. Cependant, nous ne leur en tiendront pas rigueur puisque  c’est l’Accor Arena qui semble peu friande de ce genre d’effets.

Qu’importe, Måneskin se suffisent à eux-même, Thomas, Victoria et Damiano, n’hésitant pas à aller prendre des bains de foule à plusieurs reprises. Puis, Damiano et Thomas se retrouvent sur une plateforme en milieu de fosse afin de proposer deux titres en guitare-voix : Vent’anni  et If Not For You.

Une deuxième partie de soirée 100% rock

Suite au set acoustique, Måneskin ne nous laissera pas une minute de répit. À commencer par LE titre qui déchaine les foules : I wanna be your slave. Devenu l’un des hymnes du groupe, il a été repris par toute la salle. Damiano en profitera d’ailleurs pour littéralement mettre à genoux l’entièreté de l’Arena – gradins compris –.

En poursuivant avec La Fine et de l’une de nos chansons feel good, Feel, impossible d’arrêter de se déhancher. Mais attention, elle est TRÈS entêtante ! Quelques jours sont passés, et pourtant, on fredonne toujours les La lalalalala. Vous les avez en tête ? Navrés ! Histoire d’accélérer encore un peu le mouvement, le groupe envoie Mark Chapman. Quant à Mammamia, elle ralentie légèrement la cadence mais ne nous arrête pas pour autant.

Évidemment, comme tout bon groupe de rock, Måneskin n’hésite pas à faire monter ses fans sur scène. Et quoi de mieux que Kool Kids pour ça ? Ils sont donc nombreux à avoir eu la chance de rejoindre les italiens sur la scène de l’Accor Arena. La fin approchant, le groupe nous laisse redescendre doucement en clôturant son set par leur single The Loneliest. Ou pas ! Car avant de partir le groupe a rejoué I Wanna be your slave.

Une vraie bande de potes

S’il y a bien un fait marquant lors d’un concert de Måneskin, c’est celui d’avoir affaire à une bande de potes ! Vous en conviendrez, majoritairement, les chanteurs sont davantage mis en lumière. Ici, ce n’est pas le cas. Et pour cela, nous les saluons car aucun ne prend plus de place que l’autre. Même leur charisme ne prend pas le dessus, laissant chacun exprimer son talent.

Quant à leur attitude sur scène, ne vous attendez pas à les voir rester sagement à leur place. Tous parcourent la scène, jouant les uns avec les autres. Profitant simplement de l’opportunité qui leur ait donné de se produire face à tant de monde. Incontestablement, tant que l’amitié durera entre eux, rien ne semble pouvoir briser Måneskin.

On retient également le fait que Damiano ait utilisé un projecteur pour éclairer ses compères. Ou qu’une fois Thomas et Damiano mis en avant lors du set acoustique, Victoria et Ethan ont également eu leur moment. Ainsi, tous sont mis en lumière. Même le si discret Thomas révèle tout son potentiel durant le live. Tant et si bien qu’il a été notre coup de coeur unanime. On espère donc qu’il aura encore la possibilité de montrer ses talents de guitariste pour les années à venir.

L'Open Air Festival se paie Måneskin !

À peine ont-ils quitté la France que Måneskin annonce une nouvelle date. Et surprise, ce ne sera pas un passage par la capitale !

Dans le cadre de son Rush World Tour, le groupe se produira en clôture de l’Open Air Festival de Nancy le 6 septembre 2023. Une date inattendue mais compréhensible au vue de sa capacité d’accueil. Car dans son format amphithéâtre de plein-air, le Zénith de Nancy peut recevoir jusqu’à 25 000 personnes. Soit un peu plus que l’Accor Arena. Si cette nouvelle date française vous intéresse, les places seront mises en vente dans les points de vente habituels le 22 mars prochain.

Avec cette ajout à sa programmation, on peut d’ors et déjà dire que l’Open Air Festival fait un carton plein. En plus de Måneskin, ce sont ni plus ni moins que Indochine, Aya Nakamura, Soprano, Florent Pagny ou encore Muse qui vont rythmer l’été des nancéiens. De quoi réjouir toutes les générations !

Vous étiez à l'Accor Arena, dites-nous ce que vous avez pensé du concert de Måneskin !

SUGGESTION D'ARTICLES SUR LE MÊME THEME

Visuel pour article des Insouciantes sur l'album "Rush" de Maneskin
ARCHIVES

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal