Jusqu’au 27 septembre, le site archéologique de Pompéi est à l’honneur au Grand Palais de Paris ! Une exposition entre statues, fresques, créations sonores et réalité virtuelle.

Initialement prévue au mois de mars, l’exposition Pompéi s’est vue privée de son public pour cause de crise sanitaire. Loin de se laisser abattre, le Grand Palais – en collaboration avec le Parc archéologique de Pompéi -, a permis à de nombreux visiteurs de découvrir l’exposition avant la réouverture du musée.

En effet, depuis le 1er juillet, il est possible de (re)découvrir en petit effectif l’histoire de Pompéi, cité figée dans le temps depuis l’an 79, date où le Mont Vésuve, volcan situé sur les hauteurs de la ville, entra en éruption et enfoui la ville de ses cendres.

Oeuvres retrouvées lors de fouilles archéologiques sur le site de Pompéi. Crédit photo : Elisa Humann / Les Insouciantes
Oeuvres retrouvées lors de fouilles archéologiques sur le site de Pompéi. | © Elisa Humann

Un parcours entre archéologie et technologie

D’entrée de jeu, des ombres projetées de part et d’autres sur les murs nous emmènent au coeur des rues de Pompéi. On y croise des habitants s’interpellant, des charrettes tirées par des ânes, des enfants jouant ou encore des légionnaires en patrouille. Un peu plus loin sur le parcours apparaissent également l’ombre d’ouvriers de chantiers et des touristes se photographiant sur ce site historique.

En raison du contexte sanitaire, le Grand Palais s’adapte. Ainsi, les écrans tactiles habituels ont laissé place aux flashcodes à lire sur vos smartphones. Par ce biais, vous pourrez donc reconstituer des fresques ou visionner des animations. Ces derniers, peuvent également faire apparaître en réalité augmentée Livie, l’épouse de l’empereur romain Auguste.

À noter que certains espaces sont dédiés aux fouilles effectuées par les archéologues et les chercheurs tandis que d’autres racontent le mode de vie ainsi que le quotidien des Pompéiens et Pompéiennes jusqu’à ce 24 octobre 79.

Habitants de Pompéi se réunissant la nuit pour inscrire des messages de propagande politiques en
lettres rouges sur les murs | © Elisa Humann

Une cité figée dans le temps

À voir les pompéiens déambuler dans les rues de la cité, on comprend qu’ils sont loin de se douter de ce qui les attend. En effet, à l’époque, les romains n’avaient aucune idée que sous cette montagne fertile se cachait un volcan. Volcan qui leur avait pourtant donné un premier avertissement le 5 février de l’an 62 par un tremblement de terre ayant détruit une première fois Pompéi.

Un tremblement, c’est d’ailleurs ce que l’on ressent soudainement sous nos pieds. Citadins que nous sommes, nous pensons immédiatement au métro qui circule plusieurs mètres sous nos pieds. Mais ce n’est pas le cas. Alors que la salle s’assombrit, les projections à 360° montrent l’entrée en éruption du Vésuve. Rapidement, des pierres ponces pleuvent, encerclant les habitations. La pluie de cendres finit par jaillir pour laisser place à un silence de plomb dans le Salon d’honneur du Grand Palais. Effet réaliste garanti.

La suite de la visite nous fait prendre conscience que l’éruption du Vésuve a figé la cité de Pompéi pour l’éternité. En effet, l’exposition vous propose d’observer des objets retrouvés lors des fouilles. Vous pourrez notamment y trouver des objets décoratifs tels que des sculptures de marbre issus de jardins de villas.

Et vous, avez-vous envie de découvrir l’exposition Pompéi ?

exposition-pompei-pinterest-les-insouciantes