Si loin de l’arbre : l’adoption du point de vue des enfants

Photo une pour le livre Si loin de l'arbre de Robin Benway | © Les Insouciantes

Si loin de l’arbre, le nouveau roman de Robin Benway, évoque l’adoption sous toutes ses coutures.

Sorti le 4 juillet 2019, Si loin de l’arbre nous transporte dans le quotidien de Grace, une adolescente désireuse de retrouver sa mère biologique. Un roman signé Robin Benway qui parle aussi bien d’adoption que des relations familiales.

Résumé Si loin de l'arbre de Robin Benway

L’adoption du point de vue des adolescents

D’entrée de jeu, Si loin de l’arbre nous séduit par son point de vue alternant entre les trois personnagesDe cette façon, on apprend à connaître chacun d’entre eux ainsi que leur ressenti face à leur vécu. Un récit d’autant plus agréable à lire que l’autrice n’exagère en rien, proposant une histoire des plus réaliste.

Pour Grace, l’adoption a une double importance. Elle même adoptée, elle se voit confier sa fille, Milly – ou Pêche – à une famille choisie par ses soins. Un point de vue qui nous a particulièrement attendri. En effet, bouleversée par la situation, Grace se remet constamment en question. Et si sa mère biologique ne l’avait pas simplement abandonnée ? Dans sa volonté de la retrouver, ses parents vont lui apprendre l’existence d’un frère, Joaquin, et d’une soeur, Maya. Une soeur qu’eux même auraient pu adopter à l’époque afin de ne pas les séparer. Pourtant, la vie en a fait autrement.

Grace pourra aussi compter sur le soutien de Raphaël, un garçon ne portant aucun jugement à son égard et qui va lui ouvrir les yeux sur bien des choses.

main de bébé dans une main adulte

Et Maya justement parlons en. La cadette au caractère bien trempé se retrouve confrontée à une famille où rien n’efface son adoption. Des photos de famille où elle fait « tâche » aux lectures de ses parents centrées sur les enfants adoptés, l’adolescente sent la différence d’éducation avec sa petite soeur, Lauren. Une différence de taille qui a rendue la jeune fille sur la défensive.

Contrairement à l’enfance stable de ses soeurs, Joaquin a quant à lui déménagé de foyer en foyer. En raison, sa peau basané et ses excès de violence rendant les familles réticentes. Des origines qui le poursuivent sans que lui même ne connaisse un mot d’espagnol et encore moins la culture mexicaine. Ce parcours entache sa vision de l’adoption et l’y rend particulièrement frileux au sens où elle lui apporterait une chose inconnue : la stabilité. Ce fait agit d’ailleurs sur sa manière de penser et se comporter avec son entourage tout en le rendant attachant. Appréciable également le fait que Joaquin aborde le sujet de l’adoption garçons – filles, évoquant que ces dernières ont plus de chances de trouver un foyer puisque des familles paient pour les avoir.

Photo noir et blanc d'un enfant regardant par une fenêtre

Un roman sur les relations familiales

Si c’est une histoire de famille parfaite que vous souhaitez lire, oubliez Si loin de l’arbre.  En effet, Robin Benway y explore les relations familiales sous tous les angles. Loin du schéma de la famille idéale, les trois adolescents se dévoilent dans une intimité teintée de difficultés. On y a aimé le sarcasme de Maya, les peurs de Grace et Joaquin ainsi qu’une vision particulièrement bien écrite et emphatique rendant les personnages extrêmement touchants.

Pour Maya dont l’homosexualité est très bien acceptée, les choses se corsent sur le plan familiale. Des disputes incessantes dans le foyer à l’alcoolisme de sa mère, Maya a bien du mal à gérer sa vie. Ajoutez à cela une petite soeur craignant qu’elle les quitte pour sa nouvelle famille et l’effet boule de neige est garanti. Heureusement, l’adolescente va trouver un soutien indéfectible en Grace et Joaquin qui l’aideront à surmonter les événements.

photographie noir et blanc d'un fille recroquevillée sur elle-même

La famille de Grace semblait parfaite jusqu’au jour où l’adolescente est tombée enceinte. Malgré leur soutien, il est des choses que ses parents ne peuvent comprendre. Des sentiments partagés avec le lecteur qui nous étreignent au fil des pages, nous laissant compatissant. Car il n’y a pas seulement le vide laissé par l’absence de son enfant. Il y a aussi les moqueries de ses camarades. Et cela, ses parents ne le soupçonnent pas. En effet, eux ne comprennent pas ce qu’elle traverse. Ne voient pas les regards des autres sur elle. Raison pour laquelle Grace s’effondre, refusant de poursuivre son cursus scolaire avec les autres.

Nous en parlions un peu plus haut, Si loin de l’arbre fait le choix de traiter l’aspect le plus difficile lié à l’adoption. Et pour cela on remercie grandement Robin Benway. Si l’histoire présente Joaquin comme vivant chez Mark et Linda, un couple prêt à franchir le pas de l’adoption, le garçon révèle doucement ses secrets. Remontant les traces de son passé, on découvre alors plusieurs familles avec leurs bons et mauvais côtés. Touchant également, le fait qu’il ne possède aucune photo de son enfance, ce qui le perturbe.

Bien sûr, en dehors de leurs familles respectives, Maya, Joaquin et Grace vont fonder la leur. Celles qui les réunis par les liens du sang. Une famille qui va les pousser à vouloir rencontrer leur mère biologique. Et si celle-ci n’était pas celle qu’ils croyaient ? Ainsi, Si loin de l’arbre fait largement le tour de la question de ce que peut représenter une famille.

Pour conclure, Si loin de l’arbre est un très beau livre revenant à la fois sur l’adoption et le sens de la famille dans tous les sens du terme. Évidemment, comme dans tout bon roman jeunesse, une quête d’identité s’est glissé dans le livre. Mais pour en savoir plus, on vous laisse vous plonger dedans sans modération.

Et vous, avez-vous lu Si loin de l’arbre de Robin Benway ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.